Articles récents

Archives

s'abonner

Catégories

angélisme culture Général gastronomie identité nationale management politique pouce son tourisme vidéo

Pétitions

angélistes

jumelages

le gouvernement

Méta


« La vie des vieux | Accueil | La tactique du doigt »

 Ce que vous n’avez pas besoin de savoir sur l’externalisation de l’asile

del.icio.usPar le Chef des Cabinets | 26 septembre 2007

Même au Mirador, nous ne sommes pas complètement bornés !

Les gestes désespérés se multiplient au moment des arrestations, des milliers de migrants disparaissent en Méditerrannée, des millers d’autres meurent de soif en tentant de traverser le Sahara, de faim en se faisant enfermer dans des containers ou de froid dans des trains d’atterrissage… Pour un drame comptabilisé, combien restent totalement anonymes ?

des morts par milliers au portes de l’Europe - Monde diplomatique mars 2004
cliquer pour agrandir

Si tous ces hommes, ces femmes sont prêts à braver la mort et à exposer leurs proches, c’est bien qu’ils fuient une horreur bien plus grande encore : l’horreur économique, l’horreur sanitaire, l’horreur de la dictature, de la guerre et de l’impunité. Et cette horreur nous la connaissons bien : mortalité infantile atteignant 1 pour 10 dans certains pays, guerres civiles ininterrompues depuis des décennies, génocide, malnutrition, esclavage, baisse de l’espérance de vie…

Même au Mirador, nous savons que nous avons affaire à des pères, des mères responsables, des fils courageux, qui affrontent consciemment tous les périls pour tenter d’apporter un peu d’espoir.

Les investissements permis par les transferts de capitaux liés à la diaspora dépassent parfois l’aide publique au développement (voir ici), non seulement en volume, mais surtout en efficacité : cet homme que vous voyez devant vous au guichet de la poste envoyer 50 euros au pays est en train de financer un système d’irrigation, un forage d’eau potable, un filet de pêche ou un taxi, une école informelle ou la construction d’un dispensaire… Ils se substituent aux services publics anéantis, au système bancaire dévoyé, aux services sociaux virtuels. En 2006, Western Union transférait près de 40 milliards de dollars et voyait son activité croître de 11 % par an. Si de tels transferts de fonds existent c’est bien qu’il existe une intégration économique, qu’elle réussit et qu’elle génère de l’activité et de la richesse !

Au Mirador, nous avons donc face à nous des gens entreprenants, dynamiques et surtout extrèmement déterminés et animés par des motifs dont aucune éthique ne permet de contester la légitimité. Heureusement que les Fronçais s’en foutent ! Pourtant de plus en plus de voix s’élèvent logiquement pour réclamer leur reconnaissance. Ces protestations sont d’autant plus légitimes et destabilisantes pour l’action du Mirador qu’elles s’appuient sur des valeurs que nous déplorons mais qui sont le fondement de l’identité française : la liberté, l’égalité, la fraternité, la solidarité, les droits de l’homme et autres sornettes…

Nous en tirons les conclusions suivantes

  1. nous sommes les méchants
  2. face à la détermination absolue des migrants, aucune politique resectueuse des droits de l’homme ne nous permettra d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Pour les faire reculer il faudrait employer des mesures au moins aussi brutales que les conditions qui ont motivé leur départ. Ainsi, à moins de transformer nos stades en centres de détention arbitraire, les caves de nos commissariats en salles de tortures, nos gendarmes en escadrons de la mort, nous n’y arriverons pas.
  3. malgré toute la propagande gouvernementale, l’action des associations de défense des droits de l’homme maintient à notre encontre une capacité de nuisance qui va en accentuant et qui peut retourner contre nous l’opinion publique; tout simplement parce qu’elles ont objectivement raison.

La solution : l’externalisation de l’asile.

l’externalisation de l’asile, c’est le vrai nom du co-développement.

Ca consiste à mettre en place au niveau européen une politique concertée de la carotte et du bâton pour pousser les pays voisins de l’espace Schengen à se charger d’”endiguer” les flux migratoires. Nos moyens de pressions sont à la fois évidents et suffisamment complexes pour rester opaques aux yeux du grand public : chantage à l’accès aux marchés, aux technologies sensibles (le nucléaire en Lybie par exemple), coopération militaire visant au maintien de l’ordre, ventes d’armes, barbouzeries à l’ancienne, ristournes sur la dette…

En échange nous laissons aux forces de l’ordre de ces pays le soin de disperser ces armées de gueux par des moyens qui ne nous regardent absolument plus. Et voilà le tour est joué ! Les camps de détention administrative se multiplient au coeur du Sahara (voir la carte et les ressources en ligne du réseau Terra : sur le Maroc et sur la Lybie). Les douaniers tirent à vue, rackettent les filières de passeurs, font régner l’arbitraire en toute discrétion mais nous, nous avons les mains propres et la conscience tranquille.

Cette politique n’est pas une invention puisqu’elle se structure progressivement depuis 2003 avec le projet anglais de “zones de protection” (voir ici) et surtout l’initiative italo-allemande de 2004 (voir là). Dès 2003 le HCR vendait son âme au diable et entrait dans la danse, assumant un rôle de plus en plus trouble et allant jusqu’à “organiser les flux”, en clair faire un premier tri sur les critères des politiques migratoires européennes et non plus humanitaires ! Pour en savoir plus sur le rôle ambigu du HCR, voir l’article de Michel Agier, directeur détudes à l’EHESS.

Et ça marche : l’Eurodac se félicite de la baisse régulière du nombre de demandeurs d’asile en Europe depuis le début des années 2000 tout en s’offusquant de l’augmentation du nombre de clandestins (voir ici et là). Qu’est-ce qu’on est malins !

Et voilà le travail : nous ne sommes plus les méchants, des africains torturent et tuent des africains, madame Michon va pouvoir se rincer l’oeil et nous n’aurons plus qu’à cueillir les rares rescapés qui auront réussi miraculeusement à réchapper au grand voyage. Dernière précaution, on ne sait jamais : enfumer l’opinion à coups de “débat pédagogique”, bon sens populaire, plans média pour nourrir la xénophobie ambiante et décrédibiliser les angélistes et autres droits-de-l’hommistes.


Pour aller plus loin

le dossier “externalisation de l’asile” sur le site du réseau migreurop


“camps et confinement des étrangers” sur le site du réseau TERRA


des pistes documentaires chez géoconfluences


l’épais dossier “asylum outsourcing” sur challenge liberty & security


un article dans Vacarme


la position du CFDA sur le site du Gisti


la position d’Amnesty International


Catégories: identité nationale, pouce, management, politique, angélisme |

6 réponses à “Ce que vous n’avez pas besoin de savoir sur l’externalisation de l’asile”

  1. le Chef des Cabinets dit:
    26 septembre 2007 à 18:56

    Laissez un commentaire. Ils sera publié dès validation par la rédaction.

    Merci

  2. drÖne dit:
    26 septembre 2007 à 19:52

    Cet article est remarquable. Je signale au passage que la carte que vous présentez se superpose très exactement à diverses autres cartes qui ont été exposées dans le cadre de l’exposition “Frontières” qui a eu lieu au Muséum de Lyon, avec la collaboration du cartographe du Diplo, et qui montrait à quel point l’Europe s’était bunkerisée et utilisait un certain nombre de pays limitrophes (pays du Magreb, en particulier), comme des zones frontières interdisant ou restreignant la circulation des personnes (mais pas des capitaux, bien entendu) de l’extérieur vers l’intérieur du bunker européen.

    Une citation du Diplo, à propos de “Frontières” :

    “Sous le prétexte de contenir ce que les riches ne cessent d’appeler une « massive » immigration clandestine, l’Europe installe consciencieusement ses filets de protection. Loin, très loin de son propre territoire : de Nouakchott à Tripoli en passant par Niamey et Agadir, une ligne dont on peut dire qu’elle est une « préfrontière » de l’Europe. Déjà, au cœur du désert, contrôles policiers, refoulements, regroupements informels et premiers camps. Le danger et la mort au rendez-vous pour qui passe les mailles de ce premier filet et qui arrive à la « frontière ». Tous ceux qui auront réussi à s’introduire sur le territoire européen seront attendus à la « postfrontière ». D’autres, lieux, d’autres camps.”

    Le site de l’expo (l’expo elle-même a fermé) : http://www.museum-lyon.org/expo_temporaires/frontieres/premonde_2.php

    L’expo commentée sur le Diplo :

    http://blog.mondediplo.net/2006-11-27-L-Europe-et-ses-frontieres-paradoxales

    +A+

  3. le Chef des Cabinets dit:
    26 septembre 2007 à 20:53

    à propos de la carte des causes de décès, c’est bien une production de Philippe Rekacewicz, l’indispensable cartographe du diplo. J’ajoute que les articles du mensuel apportent depuis plusieurs années une information fournie sur le scandale de l’externalisation de l’asile.

    Le blog de Philippe Rekacewicz :
    http://blog.mondediplo.net/-Visions-cartographiques-
    (rss: http://blog.mondediplo.net/spip.php?page=backend&id_rubrique=2)
    On en profitera pour consulter ses remarquables travaux sur la Palestine

    A voir aussi sur le même sujet :
    la république des clandestins
    http://www.francetvod.fr/site-vod/la-republique-des-clandestins/
    témoignage effrayant mais aussi magnifique sur un camp au coeur du désert algérien

  4. drÖne dit:
    26 septembre 2007 à 22:15

    Malheureusement, une société informée n’implique pas une mobilisation politique : malgré de ce que le Diplo dit depuis des années, et en dépit du succès de l’expo “Frontières”, l’indifférence, l’apathie et l’égoïsme se sont installés. Même l’ironie (ton site, le mien, tant d’autres…) sont impuisants à réveiller suffisamment les consciences pour qu’une protestation générale émerge.

    Souvenirs d’un couplet d’une chanson de Marquis de Sade (le groupe cold wave des 80’s) : “L’Europe désire l’euthanasie”. Prémonitoire…

  5. Oxygène dit:
    26 septembre 2007 à 22:43

    Monsieur le Chef de cabinet,

    C’est une Fronçaise indignée qui s’adresse à vous. M. Briseur Heurtefaux, lors de sa visite dans notre beau département, le 5 septembre a demandé que l’on reconduise 9000 sans papiers à la frontière, par an.
    Notre très respectable gendarmerie fait ce qu’elle peut pour contenir les flus migratoires mais trop c’est trop ! Les Brésiliens, les Surinamais, les Guyaniens, les Haïtiens, s’ingénient à revenir chez nous dans l’heure même de leur expulsion ! Il leur suffit de franchir les fleuves frontières dans l’autre sens.
    Figurez-vous qu’il se trouve aussi de mauvais citoyens qui contestent ces saines mesures de purification de notre territoire et prétendent que les peuples autochtones qui vivent en Guyane sont Fronçais eux aussi. Des Amérindiens, même pas capables de prendre leur pirogue pour faire une déclaration de naissance à la mairie la plus proche. Des Djukas, qui vivent sur la Maroni et sont eux aussi très paresseux. Heureusement, l’alcool, le diabète et autres maladies de civilisation apportent leur contribution à ce grand projet voulu par notre président.

    Je sais que vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour éliminer les scories droitdel’hommistes qui polluent encore quelques esprits fronçais et vous en remercie.

    Madame Michon de Guyane

  6. le Chef des Cabinets dit:
    27 septembre 2007 à 10:06

    Ha madame Michon
    Bienvenue dans ces colonnes !
    Vous êtes un monument historique, au Japon vous seriez un trésor vivant…
    Et votre langue : “Fronçaise indignée”, “respectable gendarmerie”, “trop c’est trop”, “mauvais citoyens”… Une langue fleurie forgée à l’ombre de nos clochers dans le plus pur respect du génie fronçais.
    Madame Michon, vous confirmez que la Guyane ne peut, à l’instar de sa grande soeur, accueilir toute la misère de … la Guyane. Soyez assurée que nous nous efforçons de remédier à ces désagréments par tous les moyens, y compris les plus indignes.
    Nous vous rappelons que le Mirador se met à l’heure du web 2.0 (on peut être plouc et à la page) et vous trouverez à cette page tout ce dont vous avez besoin pour effectuer vos démarches en ligne.

Commenter